Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/03/2010

EXTRAIT DE TEXTE -PROCHAIN CAFE PHILO

PROCHAIN CAFE PHILO DU jeudi 27 Mai - Thème : LA VIE VAUT-ELLE OU NE VAUT-ELLE PAS D'ETRE VECUE ?

Cette référence de texte sur ce thème peut servir d'entrée en matière à tous les fidèles et nouveaux sympathisants du café philo au Petit Moka Rue Général De Gaulle le 27 mai à 18h 30.

Commencez par vous demander pourquoi on vous pose la question afin de déterminer le problème du sujet. Il s'agit là d'une question existentielle que nous pouvons quotidiennement nous poser. Elle semble renvoyer à deux attitudes opposée, l'une pessimiste qui nous dirait ainsi que la vie ne vaut pas d'être vécue et l'autre optimiste qui nous dirait l'inverse. Toutefois, il ne suffit pas ici d'opposer simplement ces deux approches en disant que la réponse à la question renvoie à un rapport à l'existence, ou encore à un caractère ou un point de vue sur le monde. Il s'agirait plutôt de se demander ce qui est susceptible de donner une valeur à la vie. Or, nous donnons spontanément une valeur à la vie ne serait-ce que parce que nous condamnons immédiatement toute personne portant atteinte à la vie d'autrui. Une telle condamnation faite sans hésitation reconnaît donc bien la valeur de la vie d'autrui. Une telle condamnation faite sans hésitation reconnaît donc bien la valeur de la vie de tout individu. Dire que la vie ne vaut pas la peine d'être vécue ne serait ainsi qu'un discours, qu'une posture puisque celui qui y croirait vraiment n'aurait qu'à mettre fin à ses jours sans hésitation. Or, une telle attitude n'est pas aussi simple qu'on pourrait le croire. Ainsi, notre attachement à la vie semble bien nous montrer que la vie a une certaine valeur qu'on ne peut nier. Pourtant, vivre c'est également être comdamné à mourrir. Pour un homme, vivre, c'est savoir qu'il va mourrir dans ces conditions, comment dire que la vie vaut d'être vécue ? Il s'agit donc de se demander pourquoi et à quelles conditions ont peut donner une valeur à la vie. Une fois le problème posé et les enjeux formulés, vous pouvez revenir sur ce constat d'une valeur spontanément accordée à la vie. Porter atteinte à la vie d'un individu c'est immédiatement avoir une attitude condamnable. On peut alors s'interroger sur ce qui donne ici une valeur à la vie. Vous pouvez montrer que toute une tradition religieuse, donne une valeur à la vie parce qu'elle considérée comme un don de Dieu. La vie a alors également un sens, même si ce sens est déterminé par un au-delà de la vie. Vous pouvez également montrer que la vie vaut d'être vécue parce qu'elle conduit à des moments de bonheur. Une fois ces divers points développés, vous pouvez alors souligner qu'en dehors d'une position qui consiste à donner un sens et une valeur à la vie à partir d'une pensée de l'au-delà, la question se pose dans d'autres termes. Par exemple, la possibilité du bonheur ne suffit peut-être pas pour répondre positivement à la question de la valeur de la vie. Ici, vous pouvez penser à la question du suicide. La position de SENEQUE, par exemple, sage stoïcien, peut-être riche d'enseignements en ce sens puisqu'il s'est suicidé tout en montrant que la fin de l'existence est le bonheur. Certaines expériences de l'existence peuvent alors peut-être à conduire à penser que lavie ne vaut pas d'être vécue et on peut alors, dans ces conditions, choisir la mort. Mais si certaines expériences conduisent à cette attitude, cela invalide-t-il pour autant définitivement l'affirmation d'une valeur de la vie ? Vous trouverez de nombreux éléments pour développer ces points en vous reportant aux sujets indiqués au bas de cette réponse. A partir de là, c'est à vous de formuler la problématique du thème. Voilà les premières pistes :

QUEL EST LE SENS DE LA VIE ? LA VIE A T'ELLE UN SENS ? LA VIE EST-ELLE LE BIEN LE PLUS PRECIEUX ? NOTRE VIE EST-ELLE ABSURDE......

Les commentaires sont fermés.